Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Trump au pouvoir, sale temps pour la planète !

09 Nov 2016

27484750260_48b8e12995_b

En désaccord sur de nombreux sujets, la politique énergétique des Etats-Unis était sans nul doute un des thèmes qui divisait le plus les deux candidats à la présidentielle américaine. Après l’élection surprise du magnat de l’immobilier : décryptage de ce qui attend l’Amérique… et la planète.

Persuadé que « le concept de réchauffement climatique a été crée par la Chine pour rendre l’industrie américaine non compétitive », Donald Trump mise évidemment sur les énergies fossiles pour « défendre l’emploi et la croissance». Plus de pétrole, plus de gaz de schiste et plus de charbon. Le milliardaire n’entend pas limiter la production d’énergie fossile américaine, bien au contraire. Produire plus pour gagner plus aurait pu figurer parmi ses slogans de campagne. Pour lui, les ressources fossiles du pays, estimées à 50 000 milliards de dollars, seront un moteur de la relance économique américaine. Une politique qui annonce le retour du projet de pipeline Keystone, stoppé par Barack Obama, et la réouverture de plusieurs mines de charbon. Les énergies renouvelables ? « Elles coûtent très chers et ne marchent que par subvention » assène t-il avant d’assurer qu’en « dépit de cela, il est favorable à tous les types d’énergie ».

Lire aussi: Obama, Yes We Sun 

Une politique qui ne TRUMP pas les experts
Donald Trump n’hésitera donc pas à polluer, et à revenir sur l’Accord de Paris qu’il s’est engagé à annuler durant sa campagne. L’objectif affiché : redonner aux Etats-Unis l’indépendance énergétique. Paradoxalement, une telle situation « couperait totalement les Etats Unis des marchés mondiaux et rendrait encore plus vulnérables les américains » estime professeur Brian Murray, directeur et analyste économique de l’école d’environnement de l’Université de Duke. Couper les subventions au solaire et à l’éolien risque également de coûter leur emploi à de nombreux américains et de freiner un secteur économique en plein essor.

Avec un Congrès acquis à sa cause, le Président-élu a toutes les cartes en main pour mener à bien cet agenda d’un autre temps. Sale temps pour la planète.

Ajoutez votre commentaire

*