Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Un ciment brillant !

19 Juil 2016

skyline-1209937_640

La consommation d’électricité en ville est un véritable gouffre financier pour les pouvoirs publics. Peut-être plus pour très longtemps grâce à un l’invention d’un ciment qui s’illumine dans le noir.

Après 9 ans de recherches, le jeune scientifique José Carlos Rubio a réussi à créer un ciment capable de capter  la lumière du soleil la journée et de la renvoyer la nuit. Pour y arriver, il a du modifier la microstructure même du matériau. Normalement, le mélange du ciment en poudre et de l’eau crée des cristaux qui rendent opaque le ciment et empêchent la lumière de le traverser. En les supprimant, le scientifique permet à son nouveau matériau de capter la lumière. Le reste du procédé reste secret. Néanmoins, le scientifique précise que son système est capable « d’illuminer la nuit pendant 12 heures et ce, durant au moins 100 ans ».

Redessiner le paysage urbain…
Dans un secteur qui pèse plusieurs milliards de dollars, l’invention du mexicain devrait faire grand bruit. D’autant que ses utilisations semblent infinies : pistes cyclables, revêtement de maison, autoroute, piscine…même certaines ONG y voient un intérêt. Médecins Sans Frontières envisage ainsi d’en équiper les toilettes des femmes dans les zones sans électricité afin d’éviter les agressions sexuelles.
Et s’il est vrai que ce nouveau matériau est 5 fois plus cher que du ciment classique, il pourrait aisément remplacer certains lampadaires et ainsi, conduire à des économies d’énergie. D’autant que José Carlos Rubio Avalo précise qu’une simple couche suffit pour que le système fonctionne. Ainsi, une surface de 1m2 et de 3mm d’épaisseur coûterait seulement entre 60 et 70$.

Lire aussi: Le TOP 10 des innovateurs français- Glowee

Avec des villes plus lumineuses
Disponible en bleu marine et en vert, le ciment devrait bientôt illuminer nos villes en rouge, violet et blanc. Une première usine de fabrication est en construction et les premiers produits devraient être disponibles d’ici 3 à 5 mois. Mais pour « couvrir les demandes de l’Europe, de l’Amérique, de l’Asie et de l’Afrique qu’il a déjà reçues », le scientifique a encore besoin de 5 à 6 millions de dollars.

Une invention bénéfique qui devra néanmoins se limiter à certains espaces pour ne pas renforcer la pollution lumineuse!

Ajoutez votre commentaire

*