Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Un “vaccin” à base de champignon pour les abeilles
Innovation

Un “vaccin” à base de champignon pour les abeilles

24 Oct 2018

C’est en tout cas ce qu’affirment des scientifiques américains, qui espèrent pouvoir aider les abeilles à combattre des virus, comme celui des ailes déformées, grâce à un extrait de champignon.

Les chiffres sont alarmants : chaque année, un tiers des colonies d’abeilles disparaissent en France. Leur taux de mortalité augmente de manière exponentielle partout dans le monde. Les causes sont, selon les scientifiques, variées : pollution, pesticides, changement climatique, perte d’habitat, virus… Mais selon un papier publié début octobre dans la revue Scientific Reports, “les champignons et leurs composés antimicrobiens peuvent avoir des effets bénéfiques sur la santé des abeilles”.

De l’observation à l’action

Paul Stamets, mycologue américain en charge de l’étude, avait observé des abeilles se nourrir de gouttelettes d’eau sur les champignons qui poussaient sur des copeaux de bois dans son jardin. À l’époque, des décennies avant que le “syndrome d’effondrement des colonies” ne touche les États-Unis, il pensait qu’il s’agissait de sucres. Mais, il y a cinq ans, en étudiant les propriétés antivirales des champignons pour les humains, il fait le rapprochement avec les virus des abeilles.

Bouillon de mycélium

Lors d’une expérience contrôlée en cage, lui et son équipe ont ajouté différentes concentrations d’extrait de champignon (ou “bouillon mycélien”) à la nourriture des abeilles (de l’eau sucrée) et mesuré l’effet sur leur santé, avant de tester les extraits les plus performants sur le terrain. Et d’obtenir des résultats très prometteurs : “les extraits d’amadouvier et de reishi ont permis de réduire les niveaux de virus de l’aile déformée de l’abeille domestique (DWV) et du virus du lac Sinaï (LSV) d’une manière dépendante de la dose”, écrit le rapport. On pourrait presque parler d’un “vaccin”, mais selon Paul Stamets, il s’agirait plutôt d’un soutien au système immunitaire. Une piste à suivre !

 

Ajoutez votre commentaire

*