Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Une ferme urbaine géante va ouvrir à Paris
Société

Une ferme urbaine géante va ouvrir à Paris

11 Mar 2020

Installée sur le toit du Parc des expositions, dans le 15e arrondissement, la ferme urbaine devrait produire jusqu’à une tonne de fruits et légumes par jour en haute saison. Une agriculture en essor qui peine à trouver son modèle économique

La plus grande ferme urbaine d’Europe ouvrira ses portes en avril prochain sur les toits du Parc des Expositions, porte de Versailles. Cette oasis urbaine de 14.000 mètres carrés, cultivée par une vingtaine de maraichers, devrait produire jusqu’à une tonne de fruits et légumes par jour en haute saison.

Aéroponie et hydraponie

Deux techniques de cultures seront utilisées. En aéroponie, des tuyaux verticaux troués seront ajustés aux racines pour approvisionner les herbes aromatiques, les salades, les fraises ou les radis, en eau et en solution nutritive à l’aide d’une pompe. En hydroponie, les poivrons, aubergines, tomates ou courges pousseront dans un bac sur un substrat de déchets de noix de coco broyés, irrigués par le même liquide nutritif.

La rentabilité en question

Outre la culture maraichère, la ferme disposera d’un restaurant et d’un bar pouvant accueillir environ 300 personnes. Le coût total s’élève à 700 000 euros. Nature Urbaine, la société chargée de mettre en œuvre le projet, souhaite rentabiliser cet investissement grâce à la vente de légumes frais dans les restaurants du voisinage, mais aussi par des événements privés ou publics et des séminaires. Un pari ambitieux sachant que l’agriculture urbaine peine encore à trouver un modèle économique. Elle est cependant en plein essor un peu partout dans le monde. À travers son projet « Parisculteurs », la Ville de Paris s’est engagée, d’ici à 2020, à végétaliser 100 hectares dont un tiers consacré à l’agriculture urbaine.

1 commentaire
  1. Sur le toit d’un hall du parc des Expositions de Paris, une norme ferme urbaine sort peu peu du b ton. Un test pour jauger la capacit des villes se nourrir elles-m mes un jour, au moins partiellement.

Ajoutez votre commentaire

*