Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Zephyr Solar : le ballon solaire et humanitaire

25 Oct 2016

10698487_530140490455714_4782746684576422334_n

La part des énergies renouvelables dans le mix énergétique ne cesse de croitre dans la plupart des pays du monde. Une nouvelle réjouissante qui se traduit également par la multiplication des innovations dans ce domaine. Dernier en date, Zéphyr Solar, un ballon volant et solaire.

Imaginé au départ pour l’édition 2014 du concours ArtScience dont le thème était « énergie du futur », Zephyr Solar est en passe de devenir un véritable produit. Alors étudiants aux Arts Deco, Julie Dautel et Cédric Tomissi ont mis au point un ballon:
– de 3 mètres de diamètre
– composé d’un matériau photovoltaïque léger, étanche, résistant aux UV et imperméable au gaz breveté
– capable de produire de l’électricité grâce à l’énergie solaire

Un câble le relie à un caisson situé au sol doté d’une mini station d’alimentation électrique qui permet de fournir et stocker (16kWh par jour) de l’électricité. Un électrolyseur, également incorporé dans ce caisson, transforme de l’eau en hydrogène pour faire voler le ballon.
Mais Zephyr est aussi « mobile, pliable, indépendant en énergie, ne nécessite pas d’infrastructure et prend peu de place » ajoute Cédric Tomissi.
Une solution idéale pour les ONG.

Lire aussi: Google Loon: décollage imminent au Sri Lanka

L’urgence de l’énergie !
Au cours de leurs études de terrain auprès des ONG et des camps de réfugiés, les deux associés se sont aperçus que « les groupes thermiques à essence utilisés par les associations avaient leur limites ». Une situation plus que préoccupante compte tenu des 17 millions de réfugiés et 45 camps humanitaires recensés aujourd’hui. Or, la plupart d’entre eux se situent dans des pays bénéficiant d’un fort ensoleillement. Zephyr Solar apparaît alors comme une solution propre qui peut être déployée et produire de l’énergie en seulement 12 heures.
Pour le moment, le ballon solaire ne vit que de ses multiples récompenses. Mais les deux entrepreneurs vont « lancer une campagne de 300 000 euros d’ici les prochains mois et fabriquer le premier prototype en parallèle » indique Julie Dautel qui imagine déjà y incorporer d’autres fonctionnalités comme le Wifi ou une antenne relais.
Car si les premiers essais s’effectueront lors de festivals, leur but est avant tout d’être déployé à l’international auprès des ONG.

Ajoutez votre commentaire

*